COMMENTAIRE DE DANIELE

je profite du message de Thierry pour remercier une nouvelle fois les organisateurs de cette très belle journée. Si en effet, nous avons eu la chance de profiter d'un temps idéal, je tiens à transmettre mes plus chaleureux remerciements à tous ceux qui ont œuvré dans l'ombre, (ou au soleil, n'est ce pas Geneviève?....) pour nous permettre de passer d'aussi bons moments

Voir les commentaires

COMMENTAIRE DE GUILLEMETTE SUR LE CONCERT RESTO DU COEUR

Bonjour à tous,

C'est un concert au profit des Restos du Coeur, qui a besoin d'aide suite à l'incendie total des entrepôts de toute la Haute-Savoie à Epagny. Ils ont perdu tout leur stock départemental, alors qu'une collecte avait eu lieu, début mars, afin de passer l'été.
Merci à celles et ceux qui pourront venir.
Bonnes vacances à tous, et on se revoit en Septembre.

Guillemette

Voir les commentaires

TEXTE DE MARYSE : "Concert du 6 Avril 2013 à Meythet"

Concert du 6 Avril 2013 à Meythet

Il y a très longtemps, encore plus longtemps que longtemps, c’est vous dire s’il y a longtemps, la musique, les chants n’existaient pas.

Hommes et femmes passaient la plupart de leur temps à lutter, lutter pour se nourrir, pour garder le feu, pour trouver un abri, contre leurs ennemis.

Un jour, des femmes sont parties dans une forêt profonde pour ramasser des baies lorsqu’un énorme nuage apparut dans le ciel, annonçant un gros orage. Elles rentrèrent vite à la grotte sauf une, elle se retrouva seule au milieu de la tempête. Elle se réfugia sous un arbre énorme, le cœur tremblant et attendit la fin de l’orage. Le calme revint enfin, les gouttes de pluie s’égouttaient : plic, plac, ploc, la femme les écoutait, elle se surprit à imiter la pluie, plic, plac ; ploc, elle rentra à la grotte en répétant plic, plac, ploc, plic, plac, ploc. Les habitants de la grotte l’écoutèrent, surpris, puis haussèrent les épaules. Mais les enfants reprirent plic, plac, ploc, Trois p’tites notes étaient nées.

Des milliers d’années plus tard, les trois notes étaient sept et l’ingéniosité des hommes les avaient déclinées de multiples façons.

Sur la musique, les humains ont écrit des paroles pour exprimer leurs sentiments, leurs amours, leurs peurs, leurs espoirs.

Espoir de trouver La terre promise

Envie de partager de bons moments d’amitié autour d’un feu de bois, surtout quand le printemps se fait attendre

Envie de Parler à son père, comme Céline Dion

Les hommes eurent aussi besoin de faire vibrer les cordes de leur engagement

: Hallelujah !! dans la version de Léonard Cohen

Besoin de lutter contre la détresse et d’envoyer des SOS

Besoin de se retrouver Ensemble, même si leurs voix se croisent et paraissent s’envoler dans tous les sens !

Besoin de penser qu’entrer dans la danse, oublier ses malheurs, le froid, la pluie,(surtout en ce moment) nous rendront heureux pour un instant avec des étoiles dans les yeux, merci à Grégoire pour son Toi plus moi

Enfin, quelques-uns ont défendu leurs idéaux de fraternité

- permettre à chaque être humain d’être reconnu comme tel.

Ce fut le cas d’Angela Davis pour la communauté noire, c’est Noah qui relate son combat.

-mettre l’amour au centre des vies et non l’argent et les biens matériels comme l’exprime si bien ZAZ dans Je veux

- et enfin, défendre la paix, planter un oranger, partager bière, amitié, chanter, et goûter les fruits sucrés de la liberté, beau programme , écrit par Renaud sur une musique traditionnelle : La ballade irlandaise pour terminer ce concert.

Voir les commentaires

TEXTE DE MARYSE : "Parler à son père"

Parler à son père-Concert du 8 Juin 2013 à Bons en Chablais

Il était une fois deux nids, non, pas notre chef de chœur, mais : deux, plus loin : nids, remplis d'oiseaux et d'oiselles. Dès le lever du soleil, trois p'tites notes s'envolaient dans le ciel, suivies de milliers d'autres notes dont celles pleines d'allégresse, d 'Allegria comme son nom l'indique.

Ces deux nids chantaient l'amitié, beaucoup de leurs amis venaient des nuages, avec soleil et pluie, surtout la pluie, comme bagages. Au fait, qui a copié l'autre, les oiseaux ou Françoise Hardy ?

Les oiseaux appréciaient beaucoup entendre les oiselles chanter : j'envoie valser les bagues, les colliers, tous les bijoux et cadeaux futiles, préférant l'amour, le seul véritable trésor, non volatile. Quel réconfort pour leurs cœurs et leur porte-monnaie, n'est-ce-pas Messieurs, ça vous cloue le bec ? Merci Zazie.

Parfois, des désirs d'émancipation se manifestent : partir où le coeur vous pousse, retrouver ses traces, choisir un bateau, rêver, chercher l'inaccessible, sauver la terre, mais avant tout, Parler à son père. Eh oui, il y a du Céline Dion, même chez les oiseaux.

Et après une longue migration, quand les oiseaux se rassemblent, s'écoutent chanter, ténor, soprani, alti pour célébrer ensemble : Hallellujah !! quelle merveille !

Les oiseaux, au cours de leurs longs voyages, ramènent des chansons d'ailleurs. C'est le cas de The Rose de Bette Midler. Un des couplets devrait nous réconforter :

Souviens-toi de l'hiver ; sous son manteau de neige, est enterrée une graine, qui avec un peu de soleil, deviendra une rose au printemps, enfin… s’il arrive !

Décidément, les oiselles sont bien raisonnables, D'abord pas besoin de bijoux de chez Chanel, ni de suite au Ritz, pas de voiture, pas de manoir, pas d'hypocrisie ni de langues de bois, mais de la bonne humeur, et surtout, de la liberté ! c’est Zaz à tire-d’elles !

Avec Noah, nous survolons les champs de combat d'Angela Davis pour s’élever contre les injustices et se battre aux côtés de nos frères Noirs. Qu’importe la couleur de nos plumes !

Chez les oiseaux comme chez les hommes, on aspire à s'enfuir bien plus haut que nos rêves, en haute voltige, pour oublier la pluie, encore elle, le froid, et entrer dans la ronde avec Grégoire. Toi plus moi et tous ceux qui le veulent, vous verrez, ça rend heureux !

La nuit est tombée, chacun va regagner son nid après avoir siffloté une jolie ballade avant de s'endormir... la jolie ballade irlandaise de Renaud, contre la guerre qui ne devrait pas durer face à l'amitié. Et voilà, la boucle est bouclée avec l'amitié.

Demain, pas question de rester oisif, nous irons planter un oranger !!

Voir les commentaires

TEXTE DE MARYSE : "Prière au chef de chœur"

Prière au chef de chœur,

Cher chef de chœur,

C’est une bien modeste alti qui t’adresse cette prière.

Quand tu nous annonces une nouvelle chanson pour terminer les concerts : Salut de Michel Sardou, moi, je préfère, Il est tard maintenant de Noah que nous avons peu chanté mais c’est toi le chef !!

Quand tu nous fais apprendre : Chanson pour un ami condamné et que tu décrètes que c’est trop difficile, surtout pour les soprano et que tu prendras peut-être la même décision pour le Miserere, pour le même raison, je m’incline, c’est toi le chef !!

Quand tu nous fais remarquer nos bavardages, nos inattentions alors qu’on retrouve nos copines et que l’on a plein de choses à se dire, tu as raison, c’est toi le chef !!

Quand tu nous fais chanter : Les quatre jouissances de la femme dont la première est de péter, alors que pour moi, c’est la énième après le chant, la danse, les contes, la rando et bien d'autres choses encore que je ne peux raconter ici, je dis d’accord, c’est toi le chef !!

Mais,car il y a un mais, je te demande humblement de faire preuve d’imagination et de changer les vocalises d’échauffement. Après 9 ans de maneminema néminéma, ouagadadoudi ouagadouda, je suis sûre que tu trouveras d’autres façons de

  • nous faire exposer nos dents du fond, du moins pour ceux et celles qui en ont encore
  • - de permettre aux soprano d’atteindre la félicité à des sommets que moi, humble alti, ne pourrait qu’écouter béatement
  • D’emmener les basses dans des profondeurs que j’imagine emplies de sagesse et de réflexions toutes aussi intelligentes les unes que les autres
  • D’amener les ténors à tutoyer le talent d’un Caruso ou d’un Pavarotti avec la cour qui s’ensuit
  • Et enfin de reconnaître que, quelque soient les onomatopées, là, je te taquine, mes copines alti sont, presque, les plus sérieuses dans la préparation des répétitions !!

Pour terminer sur le dernier chef d’œuvre de notre chef, à savoir , les 4 jouissances de la femme, je vous prie de vous méfier car, comme le dit le poète, Julos Beaucarne,

A force de péter trop haut, le cul prend la place du cerveau !!!

Voir les commentaires

DEMAIN, ON FINIT LES RESTES.

Princesses zé princes de la marche du mont, recevez mes hommages du souar,

Samedi nous marchâmes dans la joie et l’allégresse parmi les lys Marthe à gond, zé les fleurs des champs, et des chants aussi.

Quand tout à coup, installé au beau milieu d’une magnifique clairière (on dira que c’était une clairière, on dit s’qu’on veut d’abord), un magnifique festin fabriqué de main de maître par des Dieux du dévouement et du barbecue.

Merci à vous, ceux qui se sont levé dès potron minet, à l’heure comme qui dirait du laitier, demain dès l’aube à l’heure où blanchît la campagne, qui ont arpenté plus que moult fois les chemins (mal) empierrés pour nous préparer cette réception digne d’un roi.

Le vin coulait à flot, les cygnes gras et les gibiers ornaient la table, les femmes dansaient nues, les ménestrels menestraient et les moutons moutaient, bref que du bon.

Puis nous apprîmes, par un texte à rime ce qu’une femme fait au lit, et quelles jouissances elle en retire.

Bon, là, je voudrais faire une pause. Autant les premières chansons avaient un coté raisonnable, à mon avis un peu appuyé, autant là, le père Denis (heu, j’veux dire not’bon maître de chant… veuillez excuser votre humble serviteur de cet écart de langage bien innocent, et comme qui dirait fort… tuit), le père Denis disais-je, s’est lâché hyper grave.

Vous savez où j’ai trouvé les paroles de cette délicieuse chanson, grâce à google himself ? Sur un site que j’ose pas vous dire le nom, entre une chanson qui s’appelle « De Nantes à Montaigu », et une autre qui s’appelle « le trou de mon… j’ose pas écrire la suite, mais ça commence par « c » et ça finit par « ul »(la honte rougit mon front) ».Je vous le fait bref : c’était pas du Baudelaire, ni du mignonne allons voir s’il arrose ». C’était plutôt « Mignonne allons voir si elle embaume ».

Un message de pet, en quelques sorte… Une vraie chanson de 3e mi-temps, qu’on chante haut quand on a trop bu, avec une fierté dans la voix, dans une mélodie toute pleine de douceur façon cor de chasse au moment de l’hallali : sur la même musique on pourrait dire « tayau ô tayau ô ». Enfin, tout ça pour dire que moi, j’l’a trouve super bien.

Denis et ses trois grammes, se sont appliqués à nous enseigner ce monument du génie cynégétique et de la scatologie réunis, un vrai moment de bonheur. Grand merci aux inventeurs des salles de garde.

Lors donc les princesses zé princes de l’organisation de ces festivités, ont prévu très largement les nourritures du corps, et donc, nous nous sommes trouvés avec un stock de mangeage suffisant pour renouveler cette expérience.

On va donc finir (c’est obligatoire) les restes, lors de notre répétition de mardi (oui Gégé, demain), la dernière de l’année chantante 2012/2013. Mais non Gégé, pas sur le mont des Princes.

Je ne sais pas quelle chanson, not’bien aimé chef va nous enseigner lors de cette pénultième séance avant les vacances, mais vu le crescendo depuis quelques semaines, je pense que la fille ainée ne va pas faire que des paniers.

Je vous souhaite une excellente soirée princesses zé princes, que la nuit vous soit douce. Mesdames, quand vous vous coucherez, souvenez-vous qu’il ne s’agit que d’une chanson, et qu’il serait dommage de la trahir en la faisant descendre dans la vaine matérialité du monde.

A pluche,

Thierry.

Voir les commentaires

SORTIE CHORALE DU SAMEDI 22 JUIN 2013 : comment qu’on fait ?

Djieu les balmistes,

J’ai l’impression d’avoir vaguement compris comment que ça allait se passer.

Pour les bonnes volontés qui se lèvent tôt, rendez-vous à 7H30 sur le parking du château de CLERMONT pour un coup de main pour la logistique.

Pour les marcheurs « + »: Rendez-vous à 10h00 sur le parking du château de CLERMONT. 1h30 de marche

Pour les marcheurs «-« : idem pour le rv , puis un peu de voiture, puis ¾ d’heure de marche.

Pour les marcheurs « --« : le lieu du rendez-vous idem mais à 11h. voiturage en 4X4 jusqu’au lieu du picnic.

Pour le co-voiturage : rendez-vous à 9h15 sur le parking du lac de LA BALME.

Caisse qui faut apporter pour s’alimenter ?

Soit entrée, soit dessert pour 4 personnes, + eau + assiette, couverts, verre.

Les zom : du pinard.

Si y pleut ? no problème, y a une super chambre d’hôte pas loin, ça s’appelle chez Geneviève et Jean Paul.

A samedi,

Chalut,

Thierry.

Voir les commentaires

DETAILS DU CONCERT DU 8 JUIN 2013

Adjieu les gô,

Comme promis (j’avais rien promis), voili voilou les détails de la logistique de samedi soir, pour BON (oui bon).

D’abord le déplacement :

C’est prévu écolo, avec multi-départs :

Le car partira du parking du lac de La Balme à 17 h 45. 17H45 c’est l’heure à laquelle il partira, comme il faut environ 15 mn pour le remplir, il faut être présent à 17h30.

Il y a une halte prévue vers l'entrée de l'autoroute ANNECY NORD.

Il faut prévoir 10 € pour participation aux frais de transport.

Et les manéninéma, ouagadadoudi ?

La répétition d'avant concert commence à 19h. On chante en 2e position.

Le déguisement :

Tout noir, avec cravate foulard.

La bouffe :

La troisième mi-temps est prise en charge par nos hôtes et un panier garni leur sera offert.

Prévoir du miam et de l’eau pour l’avant concert.

Chalut et à samedi,

Thierry.

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 40 50 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog